Souvent le coeur qu’on croyait mort – Cécile Sauvage

Souvent le coeur qu’on croyait mort N’est qu’un animal endormi ; Cécile sauvage nous rappelle que le coeur est toujours capable d’aimer, de se faire surprendre, de se réveiller de sa léthargie, parfois et surtout quand on ne l’attend plus. Salvateur ! Souvent le coeur qu’on croyait mort N’est qu’un animal endormi ; Un air…

L’heure verte – Charles Cros

Comme bercée en un hamac La pensée oscille et tournoie, A cette heure où tout estomac Dans un flot d’absinthe se noie. Le vertige de l’ivresse : un vertige physique et mental qui d’abord nous berce puis nous déséquilibre . Gare  à la noyade par météo tempê-tueuse ! Le texte intégral : Comme bercée en…

La feu – Aragon

Le souffrir d’aimer flamme perpétue En moi l’incendie étend ses ravages A rien n’a servi, ni le temps, ni l’âge Mon âme, mon âme, où m’entraînes-tu ? Où m’entraînes-tu ? L’amour et le feu, tout deux intenses, créateurs et destructeurs ont tant en commun, comme le rappelle Aragon avec ces quelques lignes. Le texte intégral :…

Prologue – Esther Granek

De la pensée aux mots, un monde. Dès qu’ils viennent en gros, la ronde. De la phrase à la phrase, la stance. Des couplets qui s’embrasent, la danse. Quatre vers qui évoquent la poésie, les limites de la langue mais aussi sa puissance évocatrice et musicale.  La pensée s’altère en prenant forme, mais celui ou…